C’est un beau mélange ; j’aime le va-et-vient entre la tradition et l’art contemporain. A défaut de systématiquement me plaire, cela m’intéresse toujours.

Elise


Le calvaire de Vals-les-Bains

Le patrimoine : Un calvaire, bâti en 1732 et inauguré en 1735, par le chirurgien Louis Malzamet, sur inspiration du site de Jérusalem.

Le territoire : En haut d’un promontoire entre Voltour et Volane, à Vals-les-Bains, en Ardèche.

L’habitante qui vous en parle : Elise Mathieu, directrice de l’Office du tourisme du Pays d’Aubenas.

L’histoire d’Elise

« Je me rends ici pour la quiétude du lieu. Nous nous trouvons sur une colline qui offre un point de vue formidable sur la ville, à la croisée de deux vallées, la Voltour et la Volane ; un peu plus loin, les deux rivières s’embrassent pour se jeter dans l’Ardèche. Depuis le calvaire, on entend le coq, les oiseaux, la rivière ; c’est un havre de paix, à l’ombre de ce bel arbre qui est un refuge ombragé et un foyer pour les oiseaux.

Le calvaire est d’une grande sobriété. Seule surprend sa coupole et ses motifs creux, dissimulés, qui évoquent une ruche. Le calvaire est entouré d’un chemin de croix, ponctué de mosaïques réalisées il y a quelques années par une artiste qui a repris l’iconographie religieuse tout en y appliquant un traitement stylisé et moderne. C’est un beau mélange ; j’aime le va-et-vient entre la tradition et l’art contemporain. A défaut de systématiquement me plaire, cela m’intéresse toujours.

J’aime l’histoire du calvaire de Vals-les-Bains ; elle débute avec celle d’un habitant de la ville, Monsieur Malzamet, au XVIIIe siècle. Tombé très malade, ce huguenot écouta les conseils de sa garde-malade, une catholique, et bien qu’il ne crût ni aux saints ni à cette religion, il se mit, peut-être un peu pour la faire taire, à prier le saint patron de la ville. Il avait fait le vœu, s’il guérissait, d’honorer une seconde fois cette religion : alors, lorsqu’il se réveilla guéri, il partit voir les lieux saints. Revenu à Vals-les-Bains, il fut frappé par la ressemblance de ce lieu avec le Golgotha, et décida d’y ériger ce calvaire.

Je suis toujours étonnée et surprise d’observer ce qui peut, à un moment donné d’une histoire personnelle, avoir un impact sur des convictions profondes et amener, du jour au lendemain, à un changement radical. On traverse parfois des moments difficiles, de ceux qui nous amènent à revisiter notre perception des choses et notre conception de la vie. C’est un phénomène qui m’interroge souvent et que j’observe avec beaucoup d’empathie. Le calvaire de Vals-les-Bains ramène ainsi à l’humain ; il ramène à soi. »

– Elise


En savoir plus

Si le patrimoine religieux vous intéresse, si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’architecture et les décors des édifices religieux, le blog B.A.-BA du Patrimoine l’explique très bien !

Explorer à son tour

Pour sillonner à votre tour la région ardéchoise à la rencontre de son patrimoine, l’Office de Tourisme de Vals et Aubenas vous donne quelques clés :