À travers la France, Bagalad rencontre les habitants et raconte leurs histoires de patrimoines.


Patrimoines vivants

Sensibiliser au patrimoine

Trop souvent, le patrimoine est associé à un passé immobile. On songe à sa matérialité, à la pierre, le bois, la terre ; on songe à l’objet d’étude, de visite, de conservation. Pour Bagalad, le patrimoine est vivant. Un pont qui inspire, une grotte qui effraie, un moulin qui rassemble : le patrimoine ne cesse de vivre, de se réactualiser et d’être pertinent, parce qu’il ne cesse d’être réinterprété et réutilisé par nous. Bagalad souhaite ainsi sensibiliser à cette dimension vivante et profondément contemporaine de nos patrimoines.

Raconter l’émotion

Pour cela, Bagalad met l’humain au cœur du patrimoine : nous parlons du patrimoine à travers des récits humains, émotionnels, subjectifs. Nous demandons aux Français de nous conter leurs relations personnelles aux lieux historiques ; car, si les édifices naissent de la main humaine, les humains se forgent aussi à leur contact. En racontant aux uns les émotions, les expériences et les opinions que les monuments ont inspirées à d’autres, c’est le caractère vivant et émotionnel du patrimoine que nous mettons en lumière.

Solidarités humaines

Donner la parole aux habitants

Dans les discours entourant les patrimoines français, certaines voix dominent la construction du savoir. Expertes ou touristes, ce sont souvent des voix globales, extérieures au lieu réel. Bagalad encourage une échelle locale des savoirs, en racontant le patrimoine par celles et ceux qui le vivent au quotidien : les habitants. Convaincus de leur droit à la parole, et du potentiel de leurs récits pour la compréhension d’un lieu, Bagalad les encourage à raconter, eux-mêmes, leurs patrimoines.

Transmettre entre générations

Le patrimoine culturel, c’est aussi pour les jeunes. Chez Bagalad, nous sommes une équipe de jeunes passionnées de patrimoines, qui voulons transmettre notre passion à notre génération, et à toutes les autres. Pour cela, nous écoutons les histoires : celles d’autres jeunes, mais aussi celles de nos aîné(e)s. Dans les villages, parfois isolés, nous écoutons les doyens, entre souvenirs d’enfance et récits de combats pour le patrimoine.

Dynamiques locales

Valoriser le « petit » patrimoine

Pour raconter les patrimoines, Bagalad commence par les « petits » patrimoines qui, de la fontaine du coin de la rue au lavoir en marge du village, peuplent la France et les cœurs. Car, bien qu’on pense d’abord aux châteaux ou aux églises, le patrimoine est partout, dans les moulins, les grottes, les ponts, les lavoirs, les menhirs ou les jardins. En relayant la valeur qu’ils prennent aux yeux des habitants qui les connaissent, Bagalad s’emploie à mettre en lumière ces « petits » patrimoines souvent méconnus.

Encourager des dynamiques territoriales

Pour se placer cette échelle locale des patrimoines, Bagalad adopte une approche territoriale. Le patrimoine est partout, dans chaque département, partageant autant de points communs qu’il décline de spécificités régionales. S’ancrant dans le tissu économique, social et urbain qui lui est propre, le patrimoine participe au développement régional. Bagalad fonde ainsi son action sur une collaboration avec les acteurs territoriaux, qu’ils s’agissent de réseaux économiques, académiques ou issus de la société civile.