La France possède de nombreux trésors industriels : usines, cités, châteaux ou encore ouvrages techniques. Souvent méconnu, le patrimoine industriel est constitué de multiples identités et témoigne souvent de grands changements technologiques mais aussi sociaux.

Des architectures de la production


Je ne saurais expliquer pourquoi ce patrimoine me touche ; c’est une période que j’aime, et un patrimoine qui résonne lorsqu’on sait l’impact qu’il a eu sur le développement régional. En Picardie, le textile a toujours été important ; la présence de rivières, dont la Somme, favorisait les industries de tannerie et de teinturerie reposant sur les moulins à eau.

Ségolène, Flixecourt (Somme)


L’usine Saint-Frères

« Cette usine de sacs de jute est d’une architecture industrielle jolie, en briques rouges avec une armature métallique. Sur la façade, on voit encore un panneau indiquant Saint-Frères – Cordages. »

L’usine Cosserat

« C’est là qu’on trouve la cathédrale, la salle qui abritait la machine à vapeur sous une verrière à 20 mètres de haut. Si les lieux sont beaux, c’est parce qu’il y avait dans la famille Cosserat un architecte ! »

La filature Le Blan-Lafont

« En 1896, ils édifièrent cet immense bâtiment de briques, dans un style architectural atypique, avec ses cheminées et donjons. C’était un véritable ‘château de l’industrie’ ! »

Des lieux de vie – ouvriers, patrons


J’aime ce lieu, car il est riche d’histoire ; pas forcément à cause de l’épopée industrielle Lafarge, mais riche de l’existence de tous ces gens humbles qui devaient ou savaient se satisfaire de peu.

Yvonne, Viviers (Ardèche)


La cité Blanche

« Cette ancienne cité ouvrière Lafarge a été construite à la fin du 19ème siècle pour loger les ouvriers du cimentier. J’ai été surprise en découvrant l’alignement des habitations aux balcons fleuris, et cette église au centre, face à l’ancien café. »

Le château de Kerglaw

« La médiathèque, alors appelée le Château de Kerglaw, était la demeure des deux frères : une grande bâtisse en pierre peinte en rose qui, du haut de la vallée, surplombait les usines et les cités ouvrières. »

Le viaduc de la Sumène

« Ce n’est pas que je le trouve beau, mais j’aime sa légèreté. C’est aussi sentimental : mon enfance a été rythmée par les trains à vapeur qui passaient sur cet ouvrage de fer et d’acier. Le passage des trains faisait partie de la vie quotidienne. »

Parlez-nous de votre patrimoine industriel