Les thermes, lieux de cure & d’architecture

C’est un fait peu connu : la France compte de nombreux thermes. Parmi les curistes historiques, on compte des rois, des favorites, des écrivains ! Les thermes connaissent leur âge d’or au XIXe siècle, quand la Belle-Époque se fait « époque thermale »‘, parant les bâtiments de mosaïques, de faïences, de colonnes et de coupoles.

Des lieux de cure & d’architecture


Petite, ma grand-mère m’a emmenée aux thermes de Saint-Malo. Je me souviens avoir été marquée par l’odeur qui se dégageait des lieux, un mélange subtil des odeurs de piscine, de spa et de soins. C’était une odeur réconfortante, qui enveloppe et qui transporte. J’en garde un souvenir merveilleux. Vingt ans plus tard, dans les thermes de Royat, j’ai retrouvé l’odeur et la sensation. À peine la porte franchie, j’ai ressenti un apaisement, un bien-être et une douceur immédiate

Anaïs, Royat


Les thermes du Mont-Dore

On les compare aux thermes de Caracalla à Rome ! Cela donne la mesure de ce lieu monumental, bâti sur un modèle antique.

Les thermes de Royat

Les thermes de Royat sont un édifice qui émerveille. Depuis une passerelle extérieure, on accède à une entrée grandiose, faite de hauts piliers, de voûtes et d’arcades.

Les thermes de Bourbon-l’Archambault

Baignés de lumière naturelle, ces thermes sont ouverts à la nature comme peu d’autres le sont. Inchangées depuis 140 ans, elles esquissent des arbres japonais, des oiseaux et des nymphes.

L’architecture de la ville thermale


Les casinos étaient indissociables de la ville thermale : ils allaient de pair avec les théâtres, les cinémas, les parcs, le tramway électrique, le funiculaire, les grands hôtels, l’hippodrome. Tout, dans l’architecture de la ville, était organisé autour du plaisir des curistes, de la détente, de la joie ; partout, on se montrait, on s’amusait.

Xavier, La Bourboule


Le parc thermal de Châtel-Guyon

Ce parc est une bulle temporelle. Lorsqu’on y déambule, on remonte le temps, et on plonge dans une époque thermale préservée.

Le théâtre de Néris-les-Bains

C’est un très beau théâtre de la fin du XIXe siècle, à l’italienne, avec ses sièges en velours rouge et ses médaillons.

Le casino de la Bourboule

On dotait les casinos de coupoles, de pagodes japonaises, de mosaïques, de caryatides. Le Casino Chardon illustre cet esprit-là, où l’on mélangeait les genres comme on faisait la fête.

Parlez-nous de votre patrimoine thermal

Cette série a été réalisée avec le soutien de nos partenaires